Imprimer Imprimer

Sacré, le basilic !

En Inde, le basilic sacré est vénéré dans chaque demeure. Dédié à Krishna et à Vishnu, il y est très répandu. On le trouve aussi dans les pays voisins, notamment en Thaïlande où on le cultive à proximité des temples bouddhistes.

Basilic sacré
Photo : Danièle Laberge

Le basilic sacré, Ocimum sanctum, est une espèce différente des basilics communs, Ocimum basilicum. L'origine du mot basilic est incertaine. Certains pensent que c'est une abréviation du grec basilikon phuton, qui signifie « herbe royale », parce qu'en Inde il était utilisé dans les onguents destinés à la famille royale.

On l'y utilise en médecine ayurvédique sous le nom de Tulsi ou Tulasi. Le tulsi est classifié comme adaptogène, car il augmente la capacité de l'organisme de s'adapter au stress.

Rosalee De La Forêt, une herboriste américaine, écrit sur son site – Rosalee De La Forêt – que le basilic sacré est rasayana, ce qui signifie qu'il ramène la personne vers la santé. Elle cite David Winston et Steve Maimes, dans leur ouvrage intitulé Adaptogens : Holy basil is classified as a rasayana, an herb that nourishes a person's growth to perfect health and promotes long life.

Considéré comme un tonique général, le basilic sacré aide la digestion, régularise la glycémie, abaisse la tension artérielle et le taux de cholestérol. Tonique nerveux, il combat le stress et l'anxiété, il améliore la mémoire et la concentration. Il fortifie le système immunitaire et peut être utilisé en prévention du rhume ou pour soigner les infections hivernales. Il est modérément expectorant et soigne les troubles respiratoires, le rhume, la toux, la bronchite et l'asthme. Le basilic sacré fluidifie légèrement le sang et favorise la circulation, c'est ainsi qu'il peut contribuer à faire baisser la pression artérielle et les taux de cholestérol trop élevés.

Fabrication d'une crème hydratante naturelle

Manon Lessard et Caroline Gagnon

Manon Lessard et Caroline Gagnon de Flora Medicina

Site web Flora Medicina

Alors pourquoi se passerait-on d'une plante aussi formidable et facile à cultiver ? Ici, à Saint-Didace, en zone 4, j'attends que le sol soit réchauffé en juin pour transplanter les jeunes plants de basilic sensibles au gel. J'en cultive de toutes les saveurs et toutes les couleurs. Avec le classique basilic de Gênes, je fais des pistous savoureux. Pour conserver le goût des autres, le Citron, le Lime, le Pourpre et le Sacré, j'en fais des vinaigres qui rehausseront les vinaigrettes, les salades et autres préparations. Ces vinaigres très concentrés permettent aussi de bénéficier de leurs vertus thérapeutiques.

On sème le basilic en avril en zone 5, en mai, en zone 4. Il faut le semer peu profondément dans un terreau de germination humide. Je comprime légèrement le terreau une première fois avant de déposer les petites semences rondes en surface que je couvre à peine puis je plombe une deuxième fois. Je place les semis dans un endroit chaud et éclairé. Les premiers germes apparaitront de 2 à 4 semaines plus tard. Lorsque les plantules auront développé 4 feuilles, on les repique dans un terreau de croissance plus riche en compost. Après une période d'acclimatation, je les transplante en juin lorsque le sol est réchauffé et que les gelées ne sont plus à craindre dans un endroit ensoleillé et protégé du vent, dans une terre riche et bien drainée. Le basilic nécessite un bon apport de compost mûr et un arrosage régulier en début de croissance et lors de période sèche. Je laisse 60 cm entre les plants qui peuvent atteindre 60 cm de hauteur.

Je pince le sommet des tiges pour éviter le développement des premières fleurs et stimuler le développement de nouvelles tiges. On peut récolter les feuilles fraîches pour en faire d'agréables infusions. Il est cependant difficile de bien sécher les feuilles, riches en huiles volatiles. C'est en vinaigre que le basilic sacré conserve le mieux son parfum de cannelle et de clou de girofle ainsi que ses propriétés médicinales.

Pour faire un vinaigre médicinal, je récolte les jeunes sommités fleuries, c'est-à-dire que je récolte les tiges du haut au moment où les premières fleurs s'épanouissent. J'effeuille les tiges pour ne garder que les feuilles propres et saines et les fleurs. Je mets quelques poignées de basilic sacré – plus ou moins 240 ml – dans le mélangeur et je couvre d'un vinaigre de cidre de pomme biologique à 8 % d'acide acétique. J'actionne le mélangeur quelques minutes et j'empote le brouet dans un contenant stérilisé. Je le place à l’abri de la lumière et je brasse tous les jours pendant 2 à 3 semaines. Je filtre à l'aide d'un tissu posé dans une passoire puis je presse les plantes pour récupérer tout le liquide. Je laisse décanter quelques jours, car il se formera un dépôt, puis j'embouteille dans des pots que je conserve à l'abri de la lumière.

Une fois l'opération terminée, j'aurai à ma disposition les multiples principes actifs d'une plante adaptogène qui est devenue sacrée tellement elle en recèle.

En conclusion, voici comment le naturopathe, Christophe Bernard résume l'effet du basilic sacré sur son site : www.le-jardin-des-medicinales.com/basilic-sacre.html

Après avoir utilisé le tulsi pendant quelques jours, ma première sensation fut un regain de « force tranquille ». Je suis, à la base, quelqu’un de relativement nerveux, constamment en mouvement, souvent tendu que ce soit dû à une excitation positive ou à un stress négatif. Bref, un « adrénergique », qui a régulièrement la boule dans l’estomac. L’infusion de basilic sacré, prise tous les matins, me calme tout en me donnant une certaine énergie physique. Elle me ramène dans mon corps si je puis dire, et me sort un peu du tourbillon de mes pensées. Si vous êtes comme moi et vous vous laissez parfois emporter par une excitation mentale due à une abondance de projets et d’idées, vous voyez probablement de quoi je veux parler.

Diane Mackay,
Biologiste, jardinière et herboriste

Les Jardins du Grand-Portage

Diane Mackay
© Diane Mackay

Accueil
  Flèche gauche
Volume 10, numéro 4 — Mercredi, 5 mars 2014
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE